Le 24 novembre 2016, Keith Kuhl, président du Conseil canadien de l’horticulture (CCH), a présenté un témoignage devant le Comité permanent de l’agriculture et de l’agroalimentaire du gouvernement du Canada. Dans le cadre de la consultation, M. Kuhl a transmis les messages suivants concernant le prochain cadre stratégique pour l’agriculture du gouvernement :

Gestion des risques des entreprises

Agri-stabilité fournit un soutien financier aux producteurs qui connaissent une baisse importante de leur marge de profit. Les producteurs canadiens souhaitent avoir accès à cette aide même quand leur marge n’est pas si faible. Le CCH demande que les producteurs puissent bénéficier de ce soutien lorsque leur marge pour l’année en cours atteint 85 % de leur marge de référence, plutôt que 70 %.

Agri-investissement est un compte d’épargne incitant les producteurs à mettre des fonds de côté et dans lequel le gouvernement verse un pourcentage des ventes du producteur. Cette épargne permet aux producteurs de couvrir leurs dépenses durant les périodes où ils ont de faibles baisses de revenu. Le CCH demande au gouvernement de hausser le taux maximal de sa contribution de base à 4,5 % des ventes du producteur et d’éliminer les plafonds qui s’appliquent aux paiements gouvernementaux. Les producteurs devraient aussi bénéficier d’une souplesse accrue et pouvoir retirer leurs propres fonds en premier dans le cas des investissements préapprouvés.

Recherche et innovation

Agri-innovation est un programme essentiel pour les producteurs. Le CCH demande au gouvernement d’accroître le soutien financier destiné à la recherche et à l’innovation en renforçant son engagement envers le secteur maraîcher. Pour ce faire, il doit augmenter le soutien à la recherche et le financement en biotechnologie et porter une attention particulière aux pratiques exemplaires de lutte antiparasitaire, tout en réduisant les processus réglementaires longs et complexes qui nuisent à la compétitivité. Les acteurs de l’industrie appuient fortement le maintien du financement partagé dans la proportion actuelle, soit 75 % provenant du gouvernement et 25 %, de l’industrie.

Environnement

Le CCH demande au gouvernement de faire en sorte que le secteur horticole ne soit pas désavantagé par les mesures d’adaptation aux changements climatiques. Nous voulons nous assurer que le prochain cadre stratégique pour l’agriculture prévoit des fonds du gouvernement fédéral destinés aux programmes d’adaptation aux changements climatiques et un soutien adéquat pour favoriser la résilience et la durabilité environnementale de l’industrie.

Renseignements supplémentaires

Pendant son témoignage, M. Kuhl a également abordé les enjeux de la main-d’œuvre, du commerce et de la confiance du public. Pour prendre connaissance de la présentation complète, écoutez l’enregistrement audio (en anglais seulement) (durée : 10 min 34 s).