chc_post

Ottawa, 21 avril 2021 – Au nom des producteurs de fruits et légumes du Canada, le Conseil canadien de l'horticulture (CCH) applaudit l'engagement du gouvernement fédéral envers la reprise après la COVID-19 et le maintien des objectifs environnementaux pour notre pays. Cependant, nous sommes déçus de l'affectation des fonds pour l'agriculture dans l'annonce du budget 2021 de lundi, car elle ne reconnaît pas adéquatement le rôle important de notre secteur dans une reprise économique postpandémique.

« Bien que l'année dernière ait été incroyablement difficile pour les producteurs de fruits et légumes au Canada, nous restons optimistes quant à la résilience de notre secteur », a déclaré Jan VanderHout, président du CCH et producteur de légumes de serre à Waterdown, en Ontario. « À la lumière des défis que nous devons relever, nous avions espéré recevoir davantage de soutien du budget fédéral. Cependant, nous ne sommes pas découragés et nous défendrons davantage nos priorités politiques directement auprès des législateurs et des décideurs. »

Notre conseil a été particulièrement déçu de l'omission d'une importante recommandation prébudgétaire primordiale : l'établissement d'un mécanisme de protection financière pour les producteurs de fruits et légumes frais. Cette solution, qui n'aurait rien coûté au gouvernement, aurait pu sauver d'innombrables entreprises agricoles de difficultés financières.

« Alors que les Canadiens continuent de faire face aux répercussions économiques de la COVID-19, il demeure essentiel de garantir un approvisionnement stable et sûr en aliments frais », a ajouté Rebecca Lee, directrice générale du CCH. « Une plus grande prise en compte de la certitude des coûts, par le biais d'une protection financière et de programmes stables de gestion des risques de l’entreprise, contribuerait grandement à doter nos producteurs de fruits et légumes des outils nécessaires pour survivre et prospérer. »

Un autre problème que nous avons identifié, particulièrement au cours de la dernière année, a été le manque de soutien significatif pour maintenir les exploitations agricoles en activité tout au long de l'épidémie de COVID-19, ce qui a entraîné une perte importante de production et de revenus pour les producteurs de fruits et légumes et mis en danger l'approvisionnement alimentaire du Canada. L'annonce de lundi aborde partiellement la question de la sécurité des risques de l’entreprise en prolongeant le Programme d’aide pour l’isolement obligatoire des travailleurs étrangers temporaires. Cependant, même s'il s'agit d'un développement bienvenu, le CCH demeure préoccupé par la réduction prévue du financement du programme après le 15 juin 2021 et fera pression pour s'assurer que les soutiens nécessaires sont en place - là où ils sont requis.

En allant vers l’avant, le conseil d'administration et la direction du CCH s'efforceront de convaincre le gouvernement fédéral à donner suite à d'autres recommandations qui n'ont pas encore été mises en œuvre. Il s'agit notamment de la reconnaissance du fait que les producteurs font partie de la solution en matière de changement climatique, grâce à la séquestration du carbone et à l'adoption de pratiques de gestion exemplaires novatrices.

Le CCH a été heureux de constater l'engagement du budget 2021 à l'égard de l'établissement d'une infrastructure d'eau et d'irrigation plus résiliente grâce à l'octroi de 17,4 millions de dollars sur deux ans à Environnement et Changement climatique Canada. Il s'agissait d'une demande clé du CCH lors des consultations prébudgétaires, et nous sommes reconnaissants de son ajout au budget. Un autre point positif est l'attribution d'un milliard de dollars au Fonds pour la large bande universelle du Canada. Cela représente un grand pas en avant pour les producteurs qui exploitent leur entreprise dans des zones rurales, loin des infrastructures Internet existantes.

Pour de plus amples informations, communiquez avec :
Sarah Nixdorff
Responsable des communications
Courriel : communications@hortcouncil.ca